• résumé :

    Les conditions d'accès à l'emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les plus désavantagés sont ceux qui sortent du système éducatif sans être diplômés de l'enseignement secondaire. Le choix de la spécialité de formation a aussi une influence sur l'accès à l'emploi et la qualité de l'insertion professionnelle. Certains jeunes sont mieux préparés que d'autres à cette entrée dans le monde professionnel : les apprentis, dont la formation alterne avec une expérience professionnelle validée par un contrat de travail, en apportent l'exemple. Les jeunes ont été particulièrement touchés par la crise de 2008-2009. Le diplôme a cependant rempli son rôle protecteur vis-à-vis du chômage. En 2010, parmi les jeunes actifs sortis du système éducatif depuis moins de cinq ans, 11 % des diplômés du supérieur sont au chômage, contre 23 % des diplômés du secondaire et 44 % de ceux non diplômés ou diplômés uniquement du brevet des collèges.

      

     (insee)

    document complet : ici


    votre commentaire
  •   

    Chômeurs et taux de chômage selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle en 2010

     
    Catégorie socioprofessionnelle2010
    FemmesHommesEnsemble
    Taux de chômage (en %)      
       Agriculteurs exploitants 1,4 0,5 0,8
       Artisan, commerçant et chef d'entreprise 4,4 3,9 4,0
       Cadre 4,4 3,7 4,0
       Profession intermédiaire 4,7 5,2 4,9
       Employé 9,8 8,5 9,5
       Ouvrier 16,9 12,6 13,5
        dont ouvrier non qualifié 19,6 19,6 19,6
       Ensemble 9,7 9,0 9,4
    Nombre de chômeurs (en milliers)      
       Agriculteurs exploitants 2 2 4
       Artisan, commerçant et chef d'entreprise 22 50 72
       Cadre 77 100 177
       Profession intermédiaire 157 167 324
       Employé 618 162 781
       Ouvrier 211 640 851
    Ensemble 1 315 1 338 2 653

    Lecture : en moyenne, en 2010, 2,653 milliers de personnes sont au chômage. Ce qui représente 9,4% de la population active totale.
    Note : données calées sur les estimations démographiques du début de l'année 2010.
    Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes de 15 ans ou plus (âge courant).
    Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes de 15 ans ou plus (âge courant).
    Source : Insee, enquêtes Emploi.

    Commentaire

    En 2010, en France métropolitaine, 2,7 millions de personnes sont au chômage au sens du BIT (Bureau international du travail) selon l’enquête Emploi. Le taux de chômage s’établit à 9,4 % en moyenne annuelle, soit une augmentation de 0,3 point (après + 1,7 point en 2009). Lors de la crise économique, la hausse du chômage a concerné toutes les tranches d’âge. Cependant, comme par le passé, les jeunes de moins de 25 ans ont été particulièrement touchés en phase de dégradation de la conjoncture économique. Mais ils ont ensuite bénéficié de la reprise des embauches et du rebond rapide de l’intérim. Leur taux de chômage a ainsi baissé de 0,3 point en 2010, pour atteindre 22,9 %. Le niveau du taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans est beaucoup plus élevé que celui de leurs aînés du fait qu’ils sont relativement peu présents sur le marché du travail. Un grand nombre d’entre eux poursuit, en effet, des études sans travailler en parallèle et n’est pas comptabilisé dans la population active. Ainsi, au quatrième trimestre 2010, la part des chômeurs dans la population totale des 15 à 24 ans est de 8,6 %, soit un niveau proche de la part des chômeurs dans la population des 25 à 49 ans qui s’établit à 7,5 %. Jusqu’à la fin 2009, la crise a davantage pesé sur la situation des hommes que sur celle des femmes ; elle fut, en effet, particulièrement marquée dans l’industrie, la construction ainsi que dans l’intérim, autant de secteurs où les hommes sont très présents. Ayant plus pâti de la dégradation du marché du travail, les hommes ont ensuite davantage bénéficié du redémarrage, si bien que leur taux de chômage se situe à 9,0 % (+ 0,1 point) alors que celui des femmes atteint 9,7 % (+ 0,3 point). En 2010, le taux de chômage des ouvriers est plus de trois fois plus élevé que le taux de chômage des cadres. Le diplôme reste le meilleur atout pour accéder à l’emploi. Les personnes sans diplôme ou peu diplômées sont effectivement les plus exposées au chômage.


    1 commentaire
  • Taux de chômage selon le diplôme, le sexe et la durée écoulée depuis la fin de la formation initiale
          en %
      Année 2011
      Sortis depuis 1 à 4 ans de   formation initiale Sortis depuis 5 à 10 ans  de formation initiale Sortis depuis 11 ans et plus de   formation initiale
    Ensemble 19,1 11,4 7,2
       Hommes 19,2 11,3 6,8
       Femmes 19,0 11,6 7,7
    Enseignement   supérieur 9,4 5,2 4,1
       dont :      
       enseignement   supérieur long (1) 9,3 5,2 4,2
       enseignement   supérieur court (2) 9,7 5,2 4,0
    Bac,   CAP-BEP et équivalents 22,1 13,1 6,5
       dont :      
       baccalauréat 18,4 11,2 5,7
       CAP-BEP 27,5 15,9 6,9
    Brevet,   CEP et sans diplôme 45,7 29,5 11,9
     
           

    (1) : notamment licence, master, doctorat, écoles de commerce et d'ingénieur. 

    (2) Lecture : en 2011, le taux de chômage (au sens du BIT) des hommes sortis depuis 1 à 4 ans de formation initiale est 19,2 %.

    Champ : actifs sortis de formation initiale en France métropolitaine depuis un an ou plus.

    Source : Insee, enquêtes Emploi.

     


    votre commentaire
  • Après la 3ème

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

    dossier ONISEP en pdf ici


    votre commentaire
  •   

    L’essentiel sur l’emploi du temps en classe de 3ème, les langues, la découverte professionnelle, l’entretien personnalisé d’orientation, la séquence d'observation en entreprise…

     

    Tous les élèves passent une semaine en milieu professionnel dans le cadre d'une séquence d'observation.

    28 heures 30 de cours par semaine

    Les exigences en 3ème sont plus importantes et l’enseignement obligatoire est renforcé. L’horaire hebdomadaire augmente ainsi dans presque toutes les matières, par rapport à celui de 4ème. Le français, l’histoire-géographie, les mathématiques, la physique-chimie et la technologie bénéficient chacun de 30 minutes de plus par semaine.

    Langue ancienne ou langue vivante

    En 3ème, en plus des LV1 et LV2 déjà étudiées en 4ème, vous pouvez apprendre une langue ancienne (latin ou grec) ou bien une 3ème langue vivante (étrangère ou régionale). Cette option facultative représente 3 heures/semaine qui viennent s’ajouter aux 28 heures 30 obligatoires. Elle ne pourra pas être choisie par ceux qui souhaitent suivre un enseignement de découverte professionnelle.

    Dans certains collèges, on peut étudier à la fois le latin et le grec. Se renseigner sur l’offre des établissements auprès de l’inspection académique dès la 4eme. C’est à ce moment que les familles doivent choisir les enseignements facultatifs de 3eme.

    La découverte professionnelle

    Nouveauté dans cette classe, la DP (découverte professionnelle). Cet enseignement, qui compte pour le DNB (diplôme national du brevet), vous intéressera d’une manière générale pour la suite de vos études en lycée général et technologique, en vous faisant découvrir de plus près le monde des métiers, et d’une manière particulière, si vous envisagez une poursuite d’études en voie professionnelle après la 3eme. Deux formules possibles :

    L'option facultative de 3 heures (DP3)

    C’est une initiation générale aux réalités du monde économique et professionnel. Par le biais d'activités concrètes et décloisonnées (interviews de professionnels, visites d'entreprises…), vous irez à la découverte des métiers, des établissements, des activités, des environnements de travail…Cette option est ajoutée à la liste des enseignements facultatifs déjà proposés aux élèves (langue vivante étrangère ou régionale, latin, grec).

    Le module de 6 heures (DP6)

    Nettement distinct de la DP3 dans ses finalités, ce module est implanté souvent en lycée professionnel. Il s'adresse à des élèves volontaires et vise à les remobiliser autour d’un projet de formation en leur faisant découvrir plusieurs champs professionnels et en leur permettant des réalisations pratiques. Ceux qui le choisissent sont dispensés de l’enseignement de LV2. Ils découvrent le monde professionnel, les formations, les passerelles offertes par le système éducatif.

    L’option DP3 comme le module DP6 ne sont pas proposés dans tous les établissements. Se renseigner auprès de l’inspection académique dès l’année de 4eme afin de pouvoir postuler.

    L’entretien personnalisé d’orientation

    Pendant l’année, vous aurez l’occasion de vous entretenir avec votre professeur principal pour parler de votre parcours de formation et d’insertion. Vous y évoquerez, avec vos parents, vos projets d’études pour l’après-3ème, et étudierez les moyens de les mettre en œuvre. À l’issue de cette rencontre, un accompagnement personnalisé peut être mis en place si nécessaire : remédiation, entretien d'orientation approfondi avec un conseiller d'orientation...

    La séquence d’observation en milieu professionnel

    En 3ème, tous les élèves passent une semaine en milieu professionnel dans le cadre d'une séquence d'observation. Une occasion de découvrir le monde du travail et de compléter les activités menées dans le cadre du parcours des métiers et des formations. Ce stage, vous devrez le chercher dans votre entourage proche (famille, amis, commerçants ou entreprises du quartier). Vous pouvez également vous faire aider dans vos démarches par l'équipe pédagogique. Cette séquence d'observation donnera lieu à la rédaction d’un rapport.

    Pour ceux qui suivent l'option de 3h de découverte professionnelle, la séquence d'observation constitue un des éléments de la formation qui leur est dispensée.

    Pour ceux qui suivent le module de 6h de découverte professionnelle, pour les élèves des sections d'enseignement général et professionnel (SEGPA) et pour les élèves bénéficiant de dispositifs dérogatoires, cette séquence est intégrée aux stages en milieu professionnel qu'ils ont à accomplir.

    Et après

    A la fin de la classe de 3ème, vous présentez le DNB (diplôme national du brevet) et pouvez vous orienter vers :

    • une seconde en lycée général et technologique
    • une classe de seconde professionnelle ou une 1re année de préparation au CAP (certificat d'aptitude professionnelle) en lycée professionnel.
     source : onisep

    votre commentaire